Envoyer par courriel
partager

environnement

Le long du tracé du tramway, le végétal occupera une place centrale dans l’aménagement urbain. Le traitement paysager du réseau de tramway permet de conforter l’image de pôle d’excellence du végétal de l’agglomération angevine.

 

 
 

Une plateforme végétale

La plateforme sur laquelle circulera le tramway sera végétalisée sur environ 80 % de son tracé, ceci pour des raisons esthétiques mais aussi pour absorber davantage le bruit et les oxydes de carbone.

 

Ce projet s’inscrit donc dans une démarche de développement durable. La mise en œuvre d’une plateforme dite perméable est privilégiée. Elle consiste à réduire les surfaces de béton entre les rails et permet d’assurer un contact entre le gazon de revêtement et le sol naturel et les réserves en eau qui s’y trouvent. Cette technique permet de réduire la température de la plateforme et donc les apports en eau extérieurs. Cependant, l’installation des réseaux d’arrosage reste une nécessité pour les périodes chaudes et sèches afin de maintenir un niveau d’humidité minimum pour les engazonnements.

 
 

Type de végétalisation

Malgré toutes les précautions prises pour les préserver, plusieurs arbres d’alignement le long du tracé ont dû et vont être coupés car ils empêchent la réalisation des travaux.

 

Le nombre d’arbres replantés sera équivalent à celui d’arbres coupés. Les essences locales, nobles et variées sont privilégiées. Plus de 1500 arbres seront présents sur le tracé dont des nouvelles essences : chênes, pins, érables rouges, prunus, amelanchier, métaséquoia du Sechuan…

1500 arbres plantés, 21 000 arbustes, 40 000 vivaces et graminées

À leur plantation, selon leurs essences, les arbres mesureront 3 à 5 mètres de haut comme dans la plupart des projets d’aménagements urbains. C’est une taille optimale pour une bonne reprise de l’arbre dans son nouvel environnement. De plus, la rapidité de croissance est l’un des critères pris en compte pour le choix de l’essence. Toutes les essences présélectionnées garantissent un confort, et répondent aux exigences liées à l’environnement urbain, et au maintien de la biodiversité.

En complément de la plateforme végétalisée et des arbres d’alignements, des massifs avec des graminées et vivaces viendront ponctuer la ligne de tramway.  

 

Sur les boulevards Ayrault et Carnot, les alignements de tilleuls existants seront renouvelés et remplacés par une essence plus adaptée au contraintes de cet axe très emprunté.

Angers Loire Métropole est engagé dans une démarche de développement durable à laquelle participe la politique en faveur des transports collectifs. Le tramway s’inscrit pleinement  dans ce projet.

 
 

Améliorer le cadre de vie et réduire les nuisances sonores

La maîtrise attendue de la circulation automobile aura pour effet d’apaiser la circulation du centre-ville et des grands axes (Carnot, Ayrault, Patton…). Les voitures produisent à elles seules 80 % des nuisances sonores des villes, alors que le tramway est l’un des modes de déplacement motorisé les moins bruyants. Les rails soudés en continu limitent les vibrations et le bruit émis par le roulement. L’arrivée des nouvelles lignes de tramway sur des boulevards qui concentrent actuellement de nombreux véhicules permettra de réduire les nuisances sonores et d’avoir des axes plus apaisés pour les riverains.

 
 

Améliorer la qualité de l’air et réduire les besoins en énergie

Dans la continuité des effets bénéfiques constatés après la mise en service de la ligne A sur la qualité de l’air, Angers Loire Métropole recherche une qualité environnementale à travers ses choix de matériaux et de mise en œuvre de technologies économes en énergie.

De plus, le tramway est le mode de déplacement qui consomme le moins d’énergie par kilomètre et par personne : 15 fois moins que la voiture et 3 fois moins que les bus en ville. Le tramway utilise l’électricité, ce qui permet de ne rejeter localement aucun polluant atmosphérique. Ainsi, l’effet du tramway qui tend à réduire la place de la voiture, sera double quant à la limitation des émissions de poussières et de particules nocives dans l’air.